Confort perçu et stratégies d'agencement d'espace de travail

Des évolutions prometteuses pour les environnements professionnels

 

Agencement cosyComment le confort pourrait-il influencer les futures stratégies énergétiques à faible impact pour les travaux de rénovation?

En France, le secteur d'immobilier d'entreprise rénoverait 1 à 1,5% des bâtiments par an. En effet, des adaptations des immeubles existants sont nécessaires pour maintenir les niveaux de confort, tout en réduisant les impacts environnementaux.

Lors d'une étude In Boni, les occupants d'un bureau remis à neuf ont enregistré leurs sensations thermiques, leur évaluation de la qualité de l'éclairage des bureaux et de la circulation de l'air, et leurs perceptions du confort général.

La moyenne observée des votes semble indiquer des modèles de bilan de chaleur pas entièrement optimisés. En effet, l'ouverture des fenêtres a été plébiscitée comme le moyen préféré de régulation de température suivi par le contrôle de l'éblouissement solaire par l'extinction des lumières au niveau local!

Les occupants ont également exprimé le désir d'intervenir directement sur le chauffage et la ventilation actuellement exploités de façon centralisée.

Les bâtiments non résidentiels représentent 20% des émissions de dioxyde de carbone (CO2) en France. Avec 75% d'immeuble construits avant 1980, et avec un taux de rénovation de 1-1,5% par an, les occupants de bureaux existants devront s'adapter à la hausse des températures résultant du changement climatique.

 

De nouveaux matériaux à disposition des agenceurs

bibliothèques

La température interne pourrait dépasser le niveau de confort pendant plus d'un cinquième de la journée de travail d'ici à 2050 . Quarante et un pour cent des émissions de CO2 des bâtiments commerciaux et publics, en France proviennent du chauffage, l'éclairage représentant 23% des émissions, et l'air conditionné seulement 5%. Pourtant, lorsque la climatisation est installée dans les bureaux, cela représente généralement 31% des émissions de CO2. .

Ainsi, un nombre croissant d'aménageurs tels Kytom intégrent des stratégies adaptatives de basse énergie dans les cycles de travaux de rénovation de bureaux afin d'augmenter la résilience face aux effets du changement climatique, tout en contribuant à éviter la consommation d'énergie associée à l'installation de systèmes de climatisation.

Les méthodologies prédictives telles que l'ISO 7730:2005 relient les paramètres physiques (activité, vêtements, paramètres environnementaux, etc.) avec la sensation thermique d'une personne moyenne. Ils considèrent les occupants comme des bénéficiaires passifs de stimuli thermiques.

L'utilisation de modèles d'équilibre de chaleur montre que les outils de conception prédictives ont été de plus en plus remis en question par rapport à la perception des occupants. Il a été suggéré que les écarts perception / modèles de simulation étaient dues à la grande diversité des expériences thermiques personnelles. L'inconfort n'était pas seulement un résultat mais aussi le point de départ pour initier une réponse adaptative.

L'insatisfaction se produirait lorsque le stimulus dépasse la possibilité d'adaptation du corps. Alors que les températures extérieures semblent être un facteur dans la détermination de principe de températures de confort acceptables, d'autres influences telles que l'ampleur du changement, le taux de variation acceptable et la capacité des occupants à prendre des mesures caractérisent la perception des sensations thermiques.

Les stratégies d'adaptation appropriées pour les travaux de rénovation d'immeubles de bureaux doivent donc intégrer ces considérations pour améliorer les capacités des bâtiments existants à maintenir les niveaux de confort. Lorsque des programmes visent à créer des immeubles à faible énergie, il devient nécessaire de permettre aux occupants de créer leurs propres préférences thermiques en interagissant avec leur environnement, en modifiant leur comportement, ou adapter progressivement leurs attentes en fonction des conditions thermiques ambiantes.

.